Morales élémentaires

La morale élémentaire est une forme fixe créée en 1973 par Raymond Queneau, qui la définit ainsi : « D’abord, trois fois trois plus un groupes substantif plus adjectif (ou participe) avec quelques répétitions, rimes, allitérations, échos ad libitum ; puis une sorte d’interludes de sept vers de une à cinq syllabes ; enfin une conclusion de trois plus un groupe substantif plus adjectif reprenant plus ou moins quelques-uns des vingt-quatre mots utilisés dans la première partie. »

 

Ci-dessous, quelques morales élémentaires...

 

 

  vol tendu libellule traçante bassin gloussant  
    cercle rassemblé    
         
  paroles voletantes libellule irisée eau roucoulante  
    air doux    
         
  marrons chus trésors gardés baril personnel  
    gâteau possible    
         
    ~ Elle coule où, là, l’eau ?
~ Manette, le dessin
Il est pour Papy,
Tu lui donneras,
C’est aussi pour toi
J’ai pas mis le nom
Pour aller plus vite
   
         
  fondu instantané remontée sensorielle moment pur  
    chemin mystérieux    

  résolution prise paysage stratégique terrain propice  
    dessous multiples    
         
  bal masqué feux clignotants banc circulaire  
    partie secrète    
         
  échanges feutrés comptes réglés formes respectées  
    salve soudaine    
         
    on s’empourpre
on succombe
ô théâtre
clair-obscur
d’une maison
abandonnée –
pièce immuable
   
         
  affaire privée intérêt particulier destins communs  
    histoire universelle    

  vérité repositionnable frontière franchissable porosité notable  
    limites repoussées    
         
  parties prenantes relais placés intérêts défendus  
    fins utiles    
         
  forme réticulaire cour influente méthode revendiquée  
    pénétration profonde    
         
    pour les intérêts
de certains clients
j’emmène en bateau
les décisionnaires
je parle, je mens
je leur mords le lobe
c’est un vrai régal
   
         
  oreille penchée gorge ouverte nez pris  
    alouettes plumées